Continental Circus
1970 et 1974
#1
[Image: Tartif&NS.jpg]
Répondre
#2
Oui c etait un chouette film et un periode extra.

J etais jeune et j ai trainé mes bottes sur une partie des circuits pour suivre les Grands Prix, Barcelone, Brno, Spa, Assen, Charade, c etait l aventure avec un reseau autoroutier peu developpe, aller a Brno etait une plongee fascinante dans le monde de l Europe de l Est

C etait tres convivial, on accedait aux stands aux paddocks, tu pouvais discuter avec les pilotes , les mecanos. Les structures meme officielles avaient des moyens trés limitées, Michelin venait avec trois camionettes, deux pleines de pneus, une avec les monteuses equilibreuses, et la plupart des pilotes privés venaient avec des caisses improbables, la moto sur le toit ou dans le coffre d un break 504, seules les equipes officielles avaient des J7 ou des Bedford

les plateaux etaient heteroclites, les cylindrées etaient melangees pour completer les grilles, la notion de securite etait inexistante. On s asseyait au bord de la piste, les motos passaient a moins de deux metres des spectateurs sans aucune protection

Yamaha enageait des TZ 250 officielles, dans la cylindree c etait l arme aboslue. On pouvait acheter une TZ 250 competition client neuve chez les concessionaires et s inscrire en course. La moto valait un peu plus cher qu une CB 750 de route, disons en argent actuel peut etre une quinzaine de milliers d euro. Je me souviens avoir donné la main a un copain qui avait serre sa TZ aux essais a Barcelone, pour poncer au 1000 le piston qui etait bien marqué. Il a pris le depart et bien entendu a serrer a fond de cinq un peu plus tard.......

On doit le voir dans le fim que je n ai pas regarde depuis un bail, mais les plaques numeros avaient des fonds differents par cylindrees, et un code couleur en fonction de la licence du pilote, international, national ou regional. Les organisateurs marchaient sur invitations et avaient le droit de melanger allegrement les cateories de pilotes pour mettre en avant les stars du canton........

Et en quelques années ca s est professionalisé terrible, des 78, 79 sont arrivés les camions d usine, les bus d hospitalité, les paddocks fermés etc.....

Souvenir emu du bol d or 1974, le dernier ou les machines n avaient pas de limites de bruit. Dans les trinbunes des stands au Bugatti, en pleine course avec des breles qui passaient a fond, on entendait distinctement les BM passer les rapports dans chaque virage du circuit tellement elles faisaient du barouf......

En 76, Royal Moto qui faisait courir des Honda 750 lancait un appel pendant la course pour qu un proprietaire de CB 750 amene sa moto aux stands pour prelever l alternateur et remplacer celui d une machine de course en panne, une autre ecurie demandait aux haut parleurs qu un mec prete un bracelet Bottelin Dumoulin pour remlacer un cassé lors d une chute

Belle epoque ou le sport mecanique etait dangereux et le sexe sans danger
Trompettes de la renommée, vous etes bien mal embouchées
Répondre
#3
Souvenirs émus de grands prix motos à Spa Francorchamps avec ,encore dans la tête, le son de la MV Agusta d'Agostini descendant Les Combes pour passer à plus de 200 la grande courbe de Burnenville. Il n'y avait que l'épaisseur du rail (sur lequel on étaient assis) et d'un ballot de paille entre la piste et les spectateurs ! Toute une époque...
EX Caterham K1600 et actuellement Slow-Flyer en MG TD de 1950 et MX-5 na de 1991
Répondre
#4
Vous avez bien de la chance d'avoir connu ça! Bien
[Image: Tartif&NS.jpg]
Répondre
#5
Chouette vidéo b-boy, merci Bien


Ça a l'air de ressembler à l'ambiance road racing d'aujourd'hui
[Image: KxrXNtJ.png]  If everything feels under control you are just not driving fast enough.
Répondre
#6
1970

[Image: Tartif&NS.jpg]
Répondre
#7
Oui c etait probablement assez proche du road racing d aujourd hui, tu as raison.

Peut etre meme en pire au niveau securite, encore pas mal de circuits en ville ou sur routes fermees pour la course.

Pas d extincteurs ou tres peu, des bottes de paille sur les arbres a coté de la piste, aucun degagement, pas d echapatoires, une ambulance par circuit avec juste un infirmier et un pompier, pas d helico bien entendu, le public bien placé pour prendre les motos dans la gueule en cas de probleme

Avec en plus des breles qui un peu preparees sortaient quand meme un paquet de chevaux

Une 750 OW31, l arme de ces annees la c etait 25O en pointe avec des freins en contreplaqué et des pneus en bakelite, une 500 MV qui etait en fin de carriere, c etait 80CV et des freins a tambours.

Ca allait bien assez vite pour se faire mal

Mais tout le monde s en foutait, que des pilotes se tuent ca paraissait normal
Trompettes de la renommée, vous etes bien mal embouchées
Répondre
#8
je me souviens en avoir discuté avec Gombert (le casseur d'alpine de fayence....) il avait un peu roulé en GP au début des années 70 , son "transporteur" était une estafette avec un 1440 gordini
Effectivement , que ce soit la F3 , la F1 , l'endurance , la moto , si on prend tout en compte sans doute la plus belle période du sport mécanique
Répondre
#9
C'est la saison 1970 en fait la deuxième vidéo.
[Image: Tartif&NS.jpg]
Répondre
#10
Le mec du générique de la deuxième, c'est un bonnet de bain qu'il porte W
[Image: KxrXNtJ.png]  If everything feels under control you are just not driving fast enough.
Répondre
#11
[Image: Tartif&NS.jpg]
Répondre
#12
[Image: Tartif&NS.jpg]
Répondre
#13
[Image: Tartif&NS.jpg]
Répondre


Atteindre :